https://www.sida-info-service.org
faire un don
QUESTIONS FRÉQUENTES
AGIR APRÈS UN RISQUE

Etes-vous satisfait-e de votre médecin généraliste ?
  •  
  •  
  •  

A visiter

Appelez-nous

Service

Forum

Multimédia

Pratique

Cas rare de transmission du VIH entre 2 femmes

17/03/2014
Version imprimable de cet article Diminuer la police Augmenter la police

De nombreux travaux épidémiologiques montrent la très grande rareté de la transmission du VIH lors des rapports sexuels entre femmes mais les risques de contamination ne sont cependant pas nuls.

Les risques sont accrus en période de règles ou lors de l’utilisation et l’échange d’objets pénétrants sans protection. Il ne faut pas oublier, également, que les lesbiennes peuvent avoir des relations hétérosexuelles non protégées avec des hommes, souvent gays ou bisexuels et qu’elles peuvent également prendre d’autres risques : prise de drogue, tatouage, acupuncture…

Récemment la presse a rapporté qu’une Américaine avait été déclarée séropositive à l’âge de 46 ans. Elle n’a pas eu de relations hétérosexuelles depuis 10 ans, et déclare avoir eu 3 partenaires homosexuelles au cours des 5 années précédant sa séroconversion, et aucun autre risque de contamination.

En avril 2012, 10 jours après avoir donné son sang avec une sérologie VIH négative, la patiente se présente aux urgences pour un tableau clinique associant une toux sèche, une diarrhée, des douleurs, des crampes musculaires. Elle est à nouveau testée pour le VIH et les résultats sont négatifs.

Dix-huit jours plus tard, elle se voit refuser un don de sang car la sérologie VIH est séropositive.

Une de ses trois partenaires, une femme âgée de 43 ans, séropositive depuis septembre 2008 et ayant arrêté ses antirétroviraux depuis 2010 est la seule source de contamination possible. Les virus infectant ces deux femmes partagent plus de 98 % de séquences identiques sur 3 gènes.

Les deux femmes ont indiqué :

- avoir eu de façon répétée des contacts bucco-génitaux non protégés,

- avoir utilisé des jouets sexuels qu’elles n’ont partagés avec personne mais qu’elles n’ont pas protégés par un préservatif,

- qu’elles ont eu des rapports sexuels pendant les phases menstruelles (elles ont aussi décrit leurs échanges sexuels comme brutaux, au point de se blesser et de saigner).

Toutes ces situations sont des situations à risque de transmission du VIH en dehors de la seule approche de la transmission sexuelle entre femmes.

Pour conclure bien que des cas d’infection par le VIH entre des femmes soient très rares, ils ne sont pas non plus impossibles étant donné que le virus peut se trouver dans les fluides vaginaux et dans le sang menstruel.

Si les cas de transmission sont extrêmement rares, il en existe quelques-uns. Le rapport des CDC américains (Centres fédéraux de contrôle et de prévention des maladies) cite le cas d’une Philippine, infectée après une relation homosexuelle, et celui d’une jeune fille de 20 ans en couple depuis 2 ans avec une femme séropositive.

Docteur Radia Djebbar

Coordinatrice Scientifique

Sida Info Service

Pour toute question ou complément d’information, contactez Sida Info Service au 0 800 840 800 ou par « LiveChat »

 
Partager cet article envoyer l'article par mail Partager sur facebook