https://www.sida-info-service.org
faire un don
QUESTIONS FRÉQUENTES
AGIR APRÈS UN RISQUE

Etes-vous satisfait-e de votre médecin généraliste ?
  •  
  •  
  •  

A visiter

Appelez-nous

Service

Forum

Multimédia

Pratique

Dix ans d’écoute des HSH - Reflet de l’évolution de leurs questionnements - 2015 - SIS-Observatoire

19/06/2015
Version imprimable de cet article Diminuer la police Augmenter la police

Sida Info Service est un observateur privilégié de l’évolution des questionnements abordés par les différents publics. Cette synthèse porte sur les appels reçus sur le 0 800 840 800 entre 2004 et 2014 concernant les hommes ayant des rapports sexuels avec des hommes (HSH). Tout appelant masculin indiquant au cours de l’entretien soit une homo/bi-sexualité, soit un partenaire sexuel de même sexe est considéré dans cette analyse comme un HSH. Ce public a-t-il évolué au cours des dix dernières années et les problématiques évoquées ont-elles changé ?

Quelques points forts de la synthèse

- Un public deux fois plus important qu’il y a dix ans

En dix ans, le public HSH de Sida Info Service a changé. En 2004, les HSH représentaient 8, 3 % des appelants masculins. Cette proportion a doublé en dix ans et tend à se stabiliser depuis 2012 autour de 16 %.

- Une constante : la prédominance des pénétrations non protégées évoquées dans les appels HSH

Les HSH évoquent davantage que les autres appelants masculins une pénétration non protégée par un préservatif ou avec rupture de celui-ci. En 2014, cette pratique est 1, 7 fois plus présente dans les entretiens avec les HSH qu’avec les autres appelants masculins.

- Une autre constante : les ambiguïtés de la fellation

La pratique de la fellation véhicule toujours autant d’incertitudes. Sa place dans les entretiens avec les HSH n’a pas bougé en dix ans. Elle est également centrale dans les questions générales des HSH en dehors de toute prise de risque personnelle.

- Des séropos parmi les HSH ? Oui, mais une majorité ignorant leur statut

les HSH expriment davantage de doutes autour de leur statut sérologique, et ce, en lien avec la proportion plus élevée de personnes indiquant une pénétration non protégée. Ceci se vérifie aujourd’hui comme il y a dix ans. Ainsi en 2014, 85, 8 % des HSH appelant Sida Info Service ne connaissent pas de façon certaine leur statut vis-à-vis du VIH.

- Le TPE, un vieux de la vieille

En 2014, parmi les entretiens avec les HSH abordant la thématique des examens et traitements (23, 7 %), les trois quarts ont porté sur le TPE (74, 2 %). Avec + 13, 8 points de plus que les autres appelants masculins la même année (60, 4 %), les HSH sont particulièrement intéressés par ce sujet.

- La réduction des risques, pratiquée depuis longtemps, officialisée depuis peu

Alors que la notion de « RdR sexuels » était encore floue en 2004, près d’un quart des HSH évoquant les moyens de prévention s’intéressaient aux possibilités de réduire les risques sans préservatif (22, 2 %). En 2014, la part d’entretiens avec les HSH portant sur la RdR sexuels est de 38, 1 % des appels sur les moyens de prévention (11, 1 %).

- La PreP, la petite dernière

Sur Sida Info Service, la prophylaxie pré-exposition (PreP) est relativement peu évoquée. Elle représente 0, 5 % des moyens de prévention abordés par les HSH. En 2004, c’est une thématique qui ne ressort pas des entretiens.

- Chacun sa « cuisine »

En revanche, Sida Info Service écoute depuis longtemps la prise « sauvage » de traitement, avant ou après un risque, sans aucun suivi médical. À partir de connaissances, parfois incomplètes ou erronées, certains HSH élaborent leur propre prévention, leur propre « cuisine » préventive.

- Sur Sida Info Service, des hétéros parmi les HSH

Sur Sida Info Service, près d’un homme sur dix évoquant des pratiques sexuelles avec un partenaire de même sexe se définit comme hétérosexuel : 9, 4 % en 2014. Nos chiffres soulignent le contexte de la sexualité de certains HSH, présentant une vie sociale hétérosexuelle et vivant en parallèle des pratiques homosexuelles

- Orientation sexuelle, société et mal-être

En 2014, sur le dispositif Ligne Azur, on constate que si près de la moitié des appelants masculins indique leur homo ou bi-sexualité (46 %), 29, 6 % ne se définissent pas ou ne savent pas se définir selon une orientation sexuelle précise. Un véritable mal-être est perceptible chez beaucoup de ces personnes.

Télécharger la synthèse

PDF - 457.6 ko
Dix ans d’écoute des HSH - SIS-Observatoire

Pour plus d’informations, contactez-nous : observatoire sis-reseau.org

 
Partager cet article envoyer l'article par mail Partager sur facebook