https://www.sida-info-service.org
faire un don
QUESTIONS FRÉQUENTES
AGIR APRÈS UN RISQUE

Etes-vous satisfait-e de votre médecin généraliste ?
  •  
  •  
  •  

A visiter

Appelez-nous

Service

Forum

Multimédia

Pratique

H7N9 : aucune preuve d’une transmission d’homme à homme

17/04/2013
Version imprimable de cet article Diminuer la police Augmenter la police

La grippe aviaire H7N9, provoquée par des souches A du virus grippal, est une maladie infectieuse affectant les oiseaux. L’infection peut causer toutes sortes de symptômes chez les oiseaux, depuis une maladie bénigne, qui passe souvent inaperçue, jusqu’à une maladie rapidement mortelle qui peut provoquer de graves épidémies. Le docteur Radia Djebbar, coordinatrice scientifique à Sida Info Service/SIS Association, fait le point.

***

H7N9, le dernier né de la famille des virus grippaux est apparu il y a deux mois dans la région de Shanghai dans l’Est de la Chine. Le premier cas humain remonte au mois de février. La victime aurait présenté les premiers symptômes le 19 février. Après le premier décès les autorités chinoises ont donné l’alerte le 31 mars 2013.

La souche H7N9 de la grippe aviaire ne s’était pas transmise à l’homme avant les cas récemment enregistrés en Chine. Pour le moment, seules des personnes en contact avec des volailles ont contracté l’infection.

Il n’existe aucune preuve d’une transmission d’homme à homme du virus H7N9, a assuré l’organisation mondiale de la santé (OMS). Les volailles portant le virus influenza A(H7N9) et suspectées d’être à l’origine des cas humains recensés, ne montrent pas de symptômes visibles, ce qui rend la détection de ce virus très difficile chez les volailles.

Mais comme pour la grippe aviaire la plus commune, celle du virus H5N1, qui a fait plus de 360 morts dans le monde entre 2003 et 2013, les scientifiques craignent qu’une mutation virale du H7N9 ne permette des contaminations interhumaines, ce qui pourrait déclencher une pandémie. Le risque de propagation du virus en Europe est considéré comme faible à ce stade. Cependant l’entrée sur le territoire français de certains patients en provenance de Chine ne peut pas être exclue. La surveillance a été renforcée pour rechercher une grippe A(H7N9) chez les personnes présentant un tableau respiratoire sévère après un retour de Chine.

L’Institut national de Veille Sanitaire (INVS) a émis des recommandations pour le signalement, la confirmation biologique et la prise en charge des cas possibles :

• Toute personne ayant voyagé ou séjourné en Chine, qui, au cours des 10 jours après son retour, a présenté :

- des signes cliniques d’infection respiratoire aiguë grave

- sans autre étiologie identifiée pouvant expliquer la pathologie.

• Tout contact (ex : famille, soignants) d’un cas possible ou confirmé, ayant présenté une infection respiratoire aiguë quelle que soit sa gravité, dans les 10 jours suivant le dernier contact avec le cas possible/confirmé pendant que ce dernier était malade.

A l’heure où nous publions ces lignes, aucun avertissement spécifique n’a été adressé aux personnes séropositives au VIH.

 
Partager cet article envoyer l'article par mail Partager sur facebook