https://www.sida-info-service.org
faire un don
QUESTIONS FRÉQUENTES
AGIR APRÈS UN RISQUE

C’est la rentrée ! Bientôt un test VIH ?
  •  
  •  
  •  

A visiter

Appelez-nous

Service

Forum

Multimédia

Pratique

Pilules de 3ème génération : une prescription bientôt restreinte ?

2/01/2013
Version imprimable de cet article Diminuer la police Augmenter la police

La délivrance des pilules de 3ème génération, visées par une première plainte en France, pourrait être restreinte à certains professionnels, indique le directeur général de l’Agence nationale de sécurité du médicament, qui dénonce « un emploi excessif » de ces pilules en France.

L’ANSM va lancer ce mercredi une concertation à ce sujet avec les professionnels, a ajouté Dominique Maraninchi.

« Si notre mesure de mise en garde auprès des prescripteurs ne suffisait pas (Mise en garde du 21 décembre 2012), il s’agirait de réserver les conditions de prescription et de délivrance (de ces pilules) pour en limiter l’utilisation, pour être sûr qu’elles ne soient utilisées qu’en deuxième recours et la réserver à des spécialistes », a-t-il expliqué.

Ces spécialistes seraient consultés « lorsque les patientes ne supporteraient pas ou auraient une contre-indication aux pilules de 1ère ou 2ème génération », a-t-il précisé. « C’est une mesure que nous pouvons appliquer rapidement mais qui suppose un pré-requis, de travailler avec les professionnels pour qu’il n’y ait pas de rupture d’accès » aux pilules, a-t-il dit.

Les pilules de 3ème génération sont prises aujourd’hui par 1, 5 à 2 millions de femmes en France.

Le pôle santé publique du tribunal de grande instance (TGI) de Paris s’est saisi de la plainte d’une jeune femme de 25 ans handicapée à 65 % depuis un accident vasculaire cérébral qu’elle impute à sa pilule de 3ème génération. D’autres plaintes pourraient être déposées début janvier.

 
Partager cet article envoyer l'article par mail Partager sur facebook