https://www.sida-info-service.org
faire un don
QUESTIONS FRÉQUENTES
AGIR APRÈS UN RISQUE

C’est la rentrée ! Bientôt un test VIH ?
  •  
  •  
  •  

A visiter

Appelez-nous

Service

Forum

Multimédia

Pratique

Rapport d’experts VIH 2013

26/09/2013
Version imprimable de cet article Diminuer la police Augmenter la police

Le traitement dès le diagnostic

16 commissions thématiques, 200 contributeurs et un grand nombre d’auditions de personnalités qualifiées ont abouti à la publication du Rapport 2013 sur la prise en charge médicale des personnes vivant avec le VIH (PVVIH). Le groupe d’experts dirigé par le professeur Philippe Morlat a rendu ses conclusions jeudi 26 septembre 2013 dans les locaux du ministère de la Santé à Paris. Principale recommandation : proposer un traitement anti-VIH à toute personne découvrant sa séropositivité.

En France, environ 6100 personnes découvrent chaque année leur infection par le virus du sida. Jusqu’à peu, des critères biologiques et cliniques servaient à déterminer une mise sous traitement. Désormais, quelle que soit l’importance de la charge virale et le niveau de défense immunitaire, un traitement sera proposé afin de répondre à deux objectifs : un avantage individuel et un avantage collectif.

Avantage individuel car un traitement commencé au plus tôt après une contamination permet de mieux contrôler le virus et améliore la situation clinique de la personne. Même si le traitement commence bien après la contamination, le gain est encore notable.

Avantage collectif puisque la prise d’un traitement anti-VIH permet de réduire fortement le risque de transmission du virus à un-e partenaire, par exemple lors de rapports sexuels non protégés par un préservatif. Cette stratégie a pour ambition déclarée d’infléchir le cours de l’épidémie. Une stratégie d’autant plus aisée à mettre en place que les molécules actuelles sont beaucoup mieux tolérées qu’autrefois.

Mais mettre toutes les personnes séropositives sous traitement représente un coût considérable. Pour tenir compte des tensions financières exercées sur le système de santé, le groupe d’experts propose l’utilisation d’antirétroviraux génériques. Selon les molécules retenues, les gains annuels pourraient s’élever à une somme non négligeable.

L’enjeu financier est d’autant plus important que le VIH est devenu une maladie chronique. Les décès se sont effondrés et les personnes séropositives vieillissent (en 2011, 40, 1 % des hommes séropositifs étaient âgés de plus de 50 ans et 13 % étaient âgées de 60 ans et plus). Les études démontrent que ces personnes de plus en plus nombreuses connaissent des facteurs de risque plus élevés qu’en population générale pour certaines pathologies : maladies cardiovasculaires, osseuses, neurologiques, rénales, tumeurs… Cela nécessite plus de dépistage et plus de traitements. Le groupe d’experts invite à réfléchir aux moyens d’abaisser les coûts de la prise en charge tout en garantissant une qualité de soins élevée. Les associations de lutte contre le sida seront particulièrement attentives au succès de cette ambition.

Chiffres clés du VIH en France :

- 149 900 personnes vivaient avec le VIH en 2010,

- 111 500 étaient connues et prises en charge,

- 9 600 étaient diagnostiquées mais non prises en charge,

- 28 800 ignoraient leur statut,

- 6 100 nouveaux diagnostics de séropositivité ont été établis en 2011.

Le Rapport 2013 sur la prise en charge médicale des personnes vivant avec le VIH sera bientôt disponible en ligne

 
Partager cet article envoyer l'article par mail Partager sur facebook