https://www.sida-info-service.org
faire un don
QUESTIONS FRÉQUENTES
AGIR APRÈS UN RISQUE

C’est la rentrée ! Bientôt un test VIH ?
  •  
  •  
  •  

A visiter

Appelez-nous

Service

Forum

Multimédia

Pratique

Santé fragile pour les minorités sexuelles

8/09/2014
Version imprimable de cet article Diminuer la police Augmenter la police

Moins bonne santé physique et problème psychologique ou émotionnel plus important chez les minorités sexuelles. Une enquête réalisée en Grande-Bretagne auprès de plus de deux millions de personnes sur des critères incluant l’orientation sexuelle en apporte une nouvelle fois la preuve : le milieu médical n’est pas toujours accueillant pour les gays, lesbiennes, bisexuel-l-es, et on le sait aussi, pour les trans.

L’enquête English General Practice Patient Survey réalisée en 2009 et 2010 démontre par exemple que 12, 3 % des lesbiennes et 18, 8 % des bisexuelles sont à risque de problème psychologique ou émotionnel contre 6 % des hétérosexuelles.

Les cas d’expériences de soins « désagréables » on non « satisfaisantes »sont aussi plus importants chez les minorités sexuelles que dans la population hétérosexuelle. Manque de confiance dans le médecin, mauvaise communication patient-médecin… sont le lot de 13, 5 % des gays et 12, 5 % des bisexuels contre 9 % des hétérosexuels.

Sur les mauvaises expériences vécues par les minorités sexuelles dans le milieu médical, lire sur Yagg le témoignage d’une situation vécue par une lesbienne dans un service gynécologique pendant ses vacances : « L’improbable réaction d’une interne en gynécologie face à une lesbienne ».

 
Partager cet article envoyer l'article par mail Partager sur facebook