https://www.sida-info-service.org
faire un don
QUESTIONS FRÉQUENTES
AGIR APRÈS UN RISQUE

C’est la rentrée ! Bientôt un test VIH ?
  •  
  •  
  •  

A visiter

Appelez-nous

Service

Forum

Multimédia

Pratique

USA : un traitement préventif bientôt disponible ?

11/05/2012
Version imprimable de cet article Diminuer la police Augmenter la police

Le traitement préventif contre le virus du sida, aussi appelé la « PrEP », vient de faire un grand bond en avant. Un comité d’experts de la FDA, l’autorité américaine du médicament, a décidé à une très large majorité de recommander la mise à disposition du Truvada (laboratoire Gilead) pour réduire le risque de transmission du VIH lors des rapports sexuels.

Le Truvada est un antirétroviral (médicament anti-VIH) qui a démontré dans des études son innocuité et une certaine efficacité en prévention de la transmission du VIH, même si cela est parfois diversement commenté.

Qu’est-ce que la PrEP ? Comme nous l’avons déjà expliqué dans cet article, il s’agit d’un traitement antirétroviral prescrit dans un but préventif à des personnes séronégatives, donc non porteuses du virus, pour qu’elles puissent se protéger d’une contamination.

Il existe deux types de PrEP : intermittente, prise juste avant et juste après l’activité sexuelle, comme dans l’essai IPERGAY actuellement en cours de recrutement en France ; ou continue, donc prise au quotidien, indépendamment de l’activité sexuelle. Le comité d’experts s’est prononcé pour une PrEP en continu.

La recommandation du comité d’experts ne sera pas forcément validée par la FDA, qui donnera son avis d’ici le 15 juin. Elle ne concerne bien sûr que les États-Unis, et s’applique seulement à certains groupes de population : les hommes homosexuels ou bisexuels séronégatifs, les couples homo- ou hétérosexuels sérodifférents (sérodiscordants), et dans une moindre mesure, les autres personnes ayant un risque de contracter le VIH en raison de leur activité sexuelle.

De nombreux débats ont animé la journée du 10 mai 2012, consacrée à une large consultation autour de la PrEP. Le prix élevé du Truvada, environ 13 000 $ par an pour une administration en continu, pose le problème de l’accès à ce nouveau moyen de prévention. Et certains acteurs de la lutte contre le sida craignent un recul de l’utilisation du préservatif.

Mais c’est l’argument de la « boîte à outils » (toolbox) qui semble l’avoir emporté, et haut la main : en ajoutant la PrEP aux moyens de prévention déjà disponibles, donc en permettant aux personnes de choisir leur mode de protection (capote, PrEP ou les deux), on augmente la capacité des personnes à se protéger du VIH, ce qui ne peut que favoriser la réduction de l’épidémie, et au final limiter son coût sur le plan humain comme financier.

Laurent Rossignol

 
Partager cet article envoyer l'article par mail Partager sur facebook