20 questions sur le VIH que vous n’osiez pas poser

Cette article est une traduction tirée du site américain, HIVplusmag.com, si certaines réponses sont spécifiques aux États-Unis, la plupart est également valable pour les personnes vivant dans les autres pays occidentaux.

Vous venez d’apprendre votre séropositivité? Nous répondons à vos principales préoccupations concernant le VIH.

Quels sont les premiers symptômes du VIH ?
Les premiers symptômes du VIH ressemblent beaucoup à ceux de la grippe: fatigue, fièvre, mal de gorge, courbatures, maux de tête et ganglions lymphatiques enflés.

Comment ai-je contracté le VIH ?
Vous avez probablement contracté le virus en entrant en contact avec le sang ou les liquides sexuels d’une personne séropositive. Les modes de transmission les plus courants comprennent les relations sexuelles anales ou vaginales non protégées et le partage d’aiguilles (qu’ils soient destinés à l’injection de drogues ou à des médicaments tels que les hormones de confirmation du genre).

Le test de mon partenaire était négatif – sont-ils fiables ?
Pas nécessairement. Il faut un certain temps pour que se produise ce qu’on appelle la séroconversion, la période qui suit l’exposition lorsque votre corps commence à produire les antigènes et les anticorps recherchés par les tests VIH. « La période entre l’exposition au VIH et la séroconversion est variable, mais la plupart des gens seront positifs au bout de plusieurs semaines d’exposition ». Néanmoins, une personne dont le partenaire vient d’être diagnostiqué devrait refaire le test trois mois plus tard pour confirmer ses résultats (six semaines les tests de dernière génération).

Vais-je transmettre le VIH à ma famille et à mes amis ?
Non. Beaucoup de peurs et de malentendus entourent encore le VIH, même si les traitements ont progressé au cours des dernières décennies au point qu’il s’agit simplement d’une maladie chronique comme le diabète. Vous, votre famille, vos amis et même vos connaissances occasionnelles craignez peut-être de leur transmettre le VIH. Mais le virus est transmis par le type de contact avec les liquides sexuels et le sang que vous n’avez généralement pas avec des membres de votre famille ou même des amis proches (à l’exception des bénéficiaires). Les Centres pour le contrôle et la prévention des maladies indiquent clairement que le VIH ne se transmet pas par la salive (cracher ou embrasser), ni par le partage des toilettes, des boissons ou des ustensiles de cuisine.

Est-ce ma faute ?
Le VIH n’est pas une sorte de rétribution divine. C’est un virus qui est transmissible et qui voyage donc entre les gens. Certains types d’activités peuvent augmenter vos risques, mais ils ne vous obligent pas à tomber malade. Nous ne reprochons pas aux diabétiques leur diabète même si le diabète de type 2 est évitable, nous n’avons donc pas à blâmer le VIH.

Je pensais que les “actifs” ne pouvaient pas attraper le VIH ?
Bien que le partenaire réceptif ou le « passif » dans les relations sexuelles anales ait treize fois plus de risques de contracter le VIH que le partenaire « actif », ces derniers peuvent toujours contracter le VIH en ayant des rapports sexuels non protégés.

Être séropositif signifie-t-il que j’ai aussi le sida ?
La confusion entre VIH et SIDA ou l’utilisation interchangeable des deux termes fait partie des erreurs les plus fréquentes commises par le tout-venant et même par les médias. Aux États-Unis (et dans la plupart des pays occidentaux NDT), la majorité des personnes vivant avec le VIH ne développeront jamais le sida, le stade le plus avancé de l’infection. Le VIH est le virus qui cause le SIDA, mais pour la plupart des gens, un traitement approprié et des soins médicaux réguliers renforcent suffisamment le système immunitaire pour prévenir le VIH au stade 3 et les maladies associées. Un diagnostic de sida n’est établit que si le nombre de vos cellules CD4 chute au-dessous de 200 et que votre système immunitaire est tellement endommagé que vous êtes susceptible de contracter des maladies opportunistes mettant votre vie en danger. Avancer et continuer le traitement est le meilleur moyen de s’assurer que votre infection VIH ne se transforme pas en SIDA.

Est-ce que je vais mourir ?
Probablement pas du VIH. Une personne diagnostiquée aujourd’hui a à peu près la même espérance de vie qu’une personne séronégative. Cependant, le virus vous rend plus vulnérable à d’autres problèmes de santé que vous devez connaître, notamment les maladies cardiovasculaires, les problèmes rénaux et la perte de densité osseuse. Mais ceux-ci peuvent être évités avec des changements de style de vie et le bon médicament.

Pourquoi les résultats sont-ils plus inquiétants pour certaines personnes séropositives ?
Les personnes racisées, les femmes transgenres et celles vivant dans les États du Sud ont toujours des taux de mortalité plus élevés lié aux complications du SIDA. Certaines de ces disparités sont liées aux obstacles aux soins de santé, aux inégalités raciales et à la discrimination, à la pauvreté, à l’usage de drogues et aux problèmes de santé mentale non traités. Cependant, la première étape de la réduction de ces disparités consiste à suivre un traitement et à le maintenir, et il existe des programmes gouvernementaux qui peuvent vous aider à vous le permettre.

Existe-t-il un remède contre le VIH ?
Pas encore. Bien que Timothy Brown (ou “Le patient de Berlin”) continue de vivre sans VIH pendant plus de dix ans, il reste la seule personne à avoir guéri fonctionnellement pendant une aussi longue période. (Les chercheurs ont récemment annoncé qu’un autre patient était exempt du VIH depuis 18 mois, mais les scientifiques le préviennent qu’il est prématuré d’appeler cela un traitement.) À la Conférence internationale sur le sida de 2018 à Amsterdam, les chercheurs ont annoncé trois grandes stratégies se concentrer sur la recherche d’un traitement curatif contre le VIH. Le premier consiste à inverser la latence du VIH – en faisant en sorte que le système immunitaire puisse reconnaître les cellules infectées par le VIH qui étaient auparavant invisibles dans les réservoirs. Cela s’appelle « blocage et verrouillage » en raison de l’objectif qui est d’empêcher de manière permanente la reproduction du virus. La seconde concerne l’utilisation de divers agents, tels que les anticorps neutralisants, pour renforcer le système immunitaire ; il faudrait probablement une combinaison de substances. La troisième implique des cellules génétiquement modifiées pour les rendre résistantes au VIH ou améliorer leur capacité à éliminer les cellules infectées par le VIH. Cette méthode a déjà rencontré un énorme succès chez des souris «humanisées» génétiquement modifiées et les chercheurs espèrent pouvoir démarrer prochainement des essais sur l’homme.

Dois-je prendre des antirétroviraux tous les jours? Pour toujours ?
Oui et non. Rester sur vos médicaments est extrêmement important, et combiner un traitement précoce avec une adhésion continue est le meilleur moyen de maintenir votre santé à long terme. Mais les médecins et les entreprises pharmaceutiques se rendent compte que maintenir un régime quotidien peut être un véritable combat et que de nouvelles options à action prolongée sont sur le point d’être approuvées. Donc, oui, vous devez rester sur votre traitement religieusement (prétendre que c’est comme aller au gymnase ou prendre des vitamines par jour), mais votre traitement risque de ne pas devenir un médicament quotidien pendant longtemps.

Qu’est-ce qu’une charge virale indétectable ?
Les personnes sous traitement antirétroviral peuvent voir leur charge virale (la quantité de sang détectable dans un test sanguin) atteindre des niveaux indétectables. Il est également prouvé que la suppression du virus, définie comme une réduction de la quantité de VIH à moins de 200 copies / ml, ou si elle devient indétectable, empêche la transmission du VIH.

Que signifie I = I ?
Indétectable est égal à intransmissible. Le CDC a approuvé les résultats de la recherche selon lesquels les indétectables ne sont plus en mesure de transmettre le VIH. Il a déclaré en 2017 : « Dans trois études différentes, comprenant des milliers de couples et plusieurs milliers d’actes sexuels sans préservatif ou prophylaxie pré-exposition (PrEP), aucune transmission du VIH à un partenaire séronégatif n’a été observée lorsque la personne séropositive était réprimée par le virus. Cela signifie que les personnes qui prennent un traitement antirétroviral tous les jours tel que prescrit et atteignent et maintiennent une charge virale indétectable n’ont aucun risque de transmettre le virus à un partenaire séronégatif pour le VIH. »

Alors, je peux jeter mes préservatifs ?
Vous ne devriez probablement pas. Même si vous êtes réprimé viralement et / ou que vos partenaires sexuels suivent une PrEP et que vous ne vous inquiétez pas de la transmission du VIH, vous courez toujours un risque de contracter d’autres infections sexuellement transmissibles. La gonorrhée ou la syphilis peuvent entraîner de graves complications pour la santé. De nouvelles souches résistantes aux antibiotiques menacent d’accroître leur potentiel de causer des dommages durables. Vivre avec le VIH peut vous rendre plus vulnérable aux autres IST.

Puis-je encore avoir des enfants ?
Oui, vous pouvez toujours avoir des enfants si vous êtes séropositif. La bonne nouvelle est que, si votre charge virale est réduite à des niveaux indétectables, vous ne devrez probablement rien faire de spécial, car vous ne pourrez plus transmettre le virus. Néanmoins, si vous envisagez de faire un bébé, vous devriez d’abord consulter un spécialiste. Pour ceux dont la charge virale n’est pas supprimée, il existe des spécialistes du VIH, de la fertilité et de l’insémination. Si vous êtes une femme vivant avec le VIH, l’utilisation de médicaments supplémentaires peut également réduire les risques de transmission à votre enfant. Si vous êtes un homme infecté par le VIH, votre sperme devra peut-être être «nettoyé» du VIH, puis inséminé dans votre partenaire, votre femme ou votre mère porteuse. Si vous souhaitez adopter, il existe des protections pour les futurs parents séropositifs qui garantissent que les agences ne peuvent faire l’objet d’une discrimination.

Puis-je encore allaiter ?
Les directives fédérales recommandent actuellement aux femmes séropositives de ne pas allaiter et de se fier exclusivement aux préparations lactées. Mais près d’un tiers des mères de famille risquent de ne pas tenir compte de ces recommandations, selon une nouvelle étude publiée dans le Journal of the International AIDS Society. Des études antérieures ont montré que les chances de transmission du VIH étaient inférieures à 3% si une mère séropositive était sous traitement antirétroviral avant et pendant l’allaitement. Et les recherches en cours sur la suppression virale suggèrent qu’être indétectable signifie ne pas pouvoir transmettre le VIH par le lait maternel.

Qu’est-ce que la criminalisation du VIH ?
En 2018, 26 États avaient encore des lois incriminant l’exposition au VIH ou la non-divulgation. La plupart de ces lois obsolètes ont été mises en place dans les années 90, avant le développement du traitement antirétroviral extrêmement efficace d’aujourd’hui, à une époque où le VIH était souvent un diagnostic terminal. Aujourd’hui, la plupart des personnes séropositives aux États-Unis ont été en mesure de réduire leur charge virale à des niveaux indétectables au cours du traitement, ce qui rend pratiquement impossible la transmission du virus à un partenaire sexuel. Pourtant, certains séropos sont toujours arrêtés et accusés d’avoir « exposé » leurs partenaires au VIH bien qu’ils soient indétectables. Bien que certains États, comme la Californie, aient commencé à décriminaliser le VIH, de nombreux autres ne l’ont pas fait. Il est donc important de vous renseigner sur les lois spécifiques relatives à la divulgation et à l’exposition du VIH dans votre État. Si vous avez des problèmes avec la loi en raison de votre statut VIH.

Est-ce que beaucoup de personnes vivant avec le VIH ont aussi l’hépatite C ?
Aux États-Unis, environ 25 à 30% des personnes vivant avec le VIH ont également l’hépatite C (ou VHC). Cela peut être préoccupant, car les personnes présentant cette comorbidité présentent un risque plus élevé de problèmes de santé comme la cirrhose et les maladies du foie en phase terminale. Selon le CDC, le mode de transmission de l’hépatite C le plus courant est la réutilisation ou le partage d’aiguilles, mais il peut aussi être transmis sexuellement, et le fait de contracter une IST ou le VIH peut augmenter le risque de contracter l’hépatite C. La bonne nouvelle: il y a sont de nouveaux traitements curatifs pour l’hépatite C.

Être séropositif affectera-t-il ma capacité à subir une chirurgie de confirmation du genre, une chirurgie plastique ou un pontage gastrique ?
Une étude publiée en 2006 dans le Journal de l’American Medical Association a comparé les données sur les interventions chirurgicales des patients séropositifs et séronégatifs et a révélé que les deux groupes présentaient le même niveau de complications postopératoires. Cependant, vous devrez peut-être fournir plus d’effort afin de trouver un chirurgien ayant travaillé avec des patients séropositifs ou, si vous êtes transgenre, un médecin capable de travailler avec votre spécialiste du VIH et votre chirurgien de confirmation du sexe.

Les médicaments anti-VIH interfèrent-ils avec les niveaux d’œstrogène ou de testostérone ?
Des études ont montré que les médicaments antirétroviraux n’affectaient pas les niveaux hormonaux et qu’ils étaient sans danger pour les personnes transgenres avec leurs traitements de féminisation ou de masculinisation. Mais l’œstrogène peut en fait avoir un impact sur l’efficacité des médicaments anti-VIH. La bonne nouvelle est une étude récente sur l’utilisation de Truvada dans la stratégie de prévention du VIH chez les femmes transgenres, alors que les niveaux de drogue, le ténofovir, ont chuté d’environ 13% en présence d’œstradiol (une forme d’œstrogène), ce qui n’était pas suffisant pour le rendre inefficace. Travaillez avec votre médecin pour trouver le bon schéma thérapeutique pour contrôler votre VIH tout en restant sur vos hormones et en vivant dans votre sexe authentique.