https://www.sida-info-service.org
faire un don
QUESTIONS FRÉQUENTES
AGIR APRÈS UN RISQUE

Etes-vous satisfait-e de votre médecin généraliste ?
  •  
  •  
  •  

A visiter

Appelez-nous

Service

Forum

Multimédia

Pratique

Mycoplasme

19/06/2015
Version imprimable de cet article Diminuer la police Augmenter la police

Seulement 4 espèces de mycoplasmes parmi les nombreuses existant peuvent être pathogènes pour l’homme et responsables d’infections pulmonaires ou d’infections génitales.

Les infections à mycoplasme sont prises en compte de façon relativement récente. Leur réelle place dans les IST n’est pas encore clairement définie, essentiellement parce que les germes en cause sont des hôtes habituels des voies génitales. De plus, cette pathologie est généralement associée à d’autres infections.

Symptômes éventuels

Les mycoplasmes humains peuvent provoquer des manifestations cliniques lorsqu’ils prolifèrent en abondance car ils provoquent alors un déséquilibre de la flore naturelle génitale.

Chez l’homme comme chez la femme l’association des mycoplasmes avec un autre agent pathogène (Chlamydiae Trachomatis, gonorrhée) est fréquente.

Homme

  • urétrites non gonococciques, plutôt subaiguës,
  • avec brûlures mictionnelles (en urinant),
  • écoulement matinal peu purulent et généralement peu abondant.

Femme

  • vaginoses bactériennes,
  • endométrites,
  • salpingites.

Mycoplasme génital est une infection causée par le déséquilibre de la flore vaginale. L’utilisation répétée de désinfectants et d’antiseptique pour la toilette intime peut être un facteur favorisant.

Transmission

  • Transmission sexuelle :
    il est difficile de parler de transmission ou de durée d’incubation de façon claire dans la mesure où les mycoplasmes sont naturellement présents au niveau de la flore génitale. On les retrouve dans 30 à 40 % des prélèvements vaginaux, donc tout le monde en a plus ou moins.
  • Transmission mère enfant :
    possible pendant la grossesse ou infection lors de l’accouchement.

Dépistage

Il se fait par culture de prélèvements génitaux. L’interprétation des résultats de la culture est délicate car il est difficile de faire la différence entre une colonisation « normale » et une infection réelle.

La sérologie n’a pas d’intérêt en dépistage ou en diagnostic.

Traitement

  • Cyclines [Minocycline (MYNOCINE®) : 100 mg x2/j]
  • Fluoroquinolones Ofloxacine (OFLOCET®) : 200 mg x 2/j]
    endant 5 à 10 j.

Traitement systématique des partenaires.

La disparition des symptômes signe la guérison.


Si vous souhaitez réagir à ces informations, n’hésitez pas à :

- nous appeler au 0 800 840 800
- être appelé
- nous contacter sur le Live Chat
- nous poser une question par mail
- échanger sur notre forum

 
Partager cet article envoyer l'article par mail Partager sur facebook