https://www.sida-info-service.org
faire un don
QUESTIONS FRÉQUENTES
AGIR APRÈS UN RISQUE

Etes-vous satisfait-e de votre médecin généraliste ?
  •  
  •  
  •  

A visiter

Appelez-nous

Service

Forum

Multimédia

Pratique

Epidémie

Nouvelles armes contre le VIH

Regard sur les nouveaux concepts de la prévention
9/02/2014
Version imprimable de cet article Diminuer la police Augmenter la police

Prep, TasP, TROD* ou encore prévention combinée... Depuis quelque temps, de nouveaux concepts ont fait leur apparition permettant à la lutte contre le VIH de s’enrichir de nouvelles armes. Mais que recouvrent exactement ces concepts ? Le point avec Christophe, écoutant référent au pôle Paris de Sida Info Service.

***

SIS Radio

Écouter l’interview de Christophe

sites/sida/IMG/mp3/TROD_TasP_PREP.mp3

Les points forts de l’interview de Christophe

SIS : Christophe, parlons d’abord de la Prep, la prophylaxie pré-exposition. De quoi s’agit-il ?

Christophe : Il s’agit d’une nouvelle arme dans la prévention. L’idée est de proposer un traitement aux personnes susceptibles de prendre des risques VIH, par exemple dans le cadre d’un rapport sexuel non protégé, avant cette prise de risque.

Pour l’instant on en est aux études. L’étude iPrEx montre l’intérêt de cette démarche puisque le niveau d’efficacité serait aux alentours de 92 % chez les personnes qui prendraient un traitement tous les jours. On arriverait à éviter 92 % des contaminations.

Dans d’autres maladies comme le paludisme, on prend des traitements avant d’être confronté à l’agent infectieux. En prenant un traitement contre le VIH avant un rapport sexuel, le virus ne prendrait pas pied dans l’organisme. Il n’y aurait pas d’infection.

SIS : Passons au TasP (Treatment as prevention en anglais ou traitement comme outil de prévention). A qui cette technique s’adresse-t-elle ?

Christophe : On sait que les personnes séropositives sous traitement antirétroviral ont une quantité très faible de virus dans l’organisme (jusqu’à obtenir la fameuse charge virale indétectable). Cette très faible quantité de virus a un impact sur la transmission.

Pour l’instant des études se sont déroulées dans la population hétérosexuelle. Dans les cas de pénétration vaginale, on a montré que le TasP permettait d’obtenir des résultats très efficaces. Il est vraisemblable que les résultats seront similaires en cas de pénétration anale mais pour l’instant les études ne l’ont pas prouvé de manière claire.

SIS : Un petit mot sur le TROD. Quel est son but ? Qui peut bénéficier de cette technique ?

Christophe : Les TROD, ce sont les tests rapides à orientation diagnostique. Ils ont pour but de mettre en évidence le plus grand nombre de personnes porteuses du VIH et de favoriser leur suivi médical. Rappelons qu’entre 20 000 à 30 000 personnes sont porteuses du VIH en France sans le savoir.

Les TROD permettent d’avoir une réponse rapide. Mais soyons clair : ce qui est rapide, c’est l’obtention du résultat à partir du moment où on met en place la technique. Les TROD étant un petit peu moins sensibles que les tests de dépistage classiques, le délai de six semaines n’est pas suffisant pour avoir une réponse réellement fiable. Il faut attendre plutôt trois mois après une prise de risque pour faire le test rapide.

A l’heure actuelle, les TROD sont plutôt destinés aux populations les plus concernées par le VIH et susceptibles d’avoir moins facilement accès au dépistage. Ce n’est pas encore une technique pour le tout venant dans une pratique courante.

SIS : Pour les personnes qui ont pris un risque il existe le TPE. C’est une technique plus ancienne que les précédentes. Que permet-elle ?

Christophe : Le traitement post-exposition ou TPE permet à la suite d’une prise de risque de bénéficier d’un traitement anti-VIH pour éviter l’infection (on parle des quatre premières heures et au grand maximum des 48 heures). C’est un traitement assez lourd, qui est proposé sur quatre semaines. Un test de dépistage est réalisé un mois après l’arrêt du traitement puis trois mois après. Le TPE est réservé à des situations où le risque est considéré comme vraiment très significatif voire majeur.

SIS : Les progrès des traitements contre le VIH permettent désormais de parler de « prévention combinée ». De quoi parle-t-on exactement ?

Christophe : La prévention combinée consiste à adapter les différentes stratégies de prévention au contexte et à la situation particulière de chaque personne. C’est une manière d’utiliser les différentes stratégies que l’on vient de voir ensemble que ce soit le traitement comme prévention, le dépistage rapide, le dépistage classique ou le traitement post-exposition. Tout cela concourt à limiter le risque de transmission du VIH.

Interview réalisée par Alain Miguet pour Sida Info Service

* Prep, Tasp, TROD : prophylaxie pré-exposition, treatment as prevention, Test rapide d’orientation au dépistage

Télécharger l’interview en pdf

PDF - 166.6 ko
Nouvelles armes contre le VIH
 
Publicité sis radio

Partager cet article envoyer l'article par mail Partager sur facebook