https://www.sida-info-service.org
faire un don
QUESTIONS FRÉQUENTES
AGIR APRÈS UN RISQUE

C’est la rentrée ! Bientôt un test VIH ?
  •  
  •  
  •  

A visiter

Appelez-nous

Service

Forum

Multimédia

Pratique

Repères sur l’épidémie en 1995, 1997 et 2006

9/04/2006
Version imprimable de cet article Diminuer la police Augmenter la police

Situation du VIH/sida en 1995

La virologue Françoise Brun-Vézinet et le professeur Jean Dormont publient un rapport sur la charge virale : « Les tests de charge virale sont probablement aujourd’hui les meilleurs éléments pour établir un pronostic et pour évaluer le traitement d’un patient. ».

Présentation au congrès de Washington sur les rétrovirus et les infections opportunistes de résultats spectaculaires chez des séropositifs traités par l’association de trois antirétroviraux, dont la nouvelle classe de médicaments des antiprotéases. C’est le début des trithérapies.

Situation du VIH/sida en 1997

La diminution du nombre de cas de sida s’est très nettement accentuée en France au deuxième semestre 1996 (- 29 % par rapport au semestre précédent) et s’est poursuivie à un taux un peu plus faible au 1er semestre 1997 (- 17 %). La diminution la plus spectaculaire concerne les décès par sida, dont le nombre a diminué de 34 % entre les 2 semestres de 1996 et de 40 % entre le second semestre de 1996 et le 1er semestre de 1997. La diminution du nombre de décès au 1er semestre 1997 varie aussi en fonction des 3 principaux groupes de transmission : - 61 % chez les usagers de drogues, - 40 % chez les hétérosexuels et – 32 % chez les homosexuels.

Situation du VIH/sida en 2006

150 000 personnes sont séropositives au VIH. Les femmes représentent 43 % des nouvelles infections diagnostiquées contre 30 % en 1997. 51 % des personnes ayant déclaré le sida ne savent pas qu’elles sont séropositives. Elles l’ont découvert lors de leur prise en charge à l’hôpital. Aujourd’hui, plus de la moitié des nouveaux diagnostics de séropositivité concerne des personnes contaminées lors de rapports hétérosexuels, 21 % des rapports homosexuels et environ 3 % le sont par usage de drogues injectables. 30 % des personnes séropositives sont également atteintes par une ou plusieurs hépatites (le plus souvent l’hépatite C, parfois l’hépatite B). 5 à 6 % des séropositifs sont en situation d’échec thérapeutique. En 2004, 6 000 nouveaux cas de séropositivité ont fait l’objet d’une déclaration.

 
Sources :

Sources InVS et Onusida.

Partager cet article envoyer l'article par mail Partager sur facebook