La donovanose mangeuse de chair ?

une banane à moitié mangée

Une nouvelle IST "mangeuse de chair" aurait-elle fait son apparition récemment ? En fait, pas vraiment.

La donovanose puisque tel est son nom, est aussi connue sous l'appellation de granulome inguinal, ou granulome vénérien. Cette maladie est due à une bactérie, la Klebsiella granulomatis (ou Calymmatobacterium granulomatis).

Cette maladie rare sévit surtout en Inde et Asie du Sud-Est, au Brésil, en Afrique du Sud et en Australie centrale. On la retrouve aussi régulièrement en Guyane française et dans les Caraïbes. Environ 100 cas sont signalés par an aux Etats-Unis, principalement chez des personnes revenant de régions où la maladie est courante. En Europe, 19 cas ont été détectés au Royaume Uni en 2016, 30 en 2019. On est donc très loin d'une invasion de zombies comme le laisseraient penser certains articles de journaux qui viennent d'apparaître.

Comment ça se présente ?

De petits nodules indolores apparaissent environ 10 à 40 jours au point d’inoculation après le contact avec la bactérie. Si l'infection n'est pas traitée, les nodules éclatent, aboutissant à la création d’ulcérations ouvertes et suintantes. Ces ulcères génitaux ne sont pas douloureux mais ils peuvent se confondre avec ceux de la syphilis. L’infection peut continuer à détruire les tissus mais uniquement en l'absence de traitement.

Comment ça se dépiste ?

Le diagnostic clinique peut être posé par des médecins expérimentés à la simple vue des ulcères (lésions).

Il peut aussi se faire lors d'analyses avec une mise en évidence au microscope des "corps de Donovan" dans le frottis d’une ulcération génitale ou périnéale.

Comment ça se traite ?

Le traitement par antibiotique doit être pris pendant 21 jours ou jusqu'à guérison selon le médicament prescrit.

Pour en savoir plus :