Les chlamydiae, c’est quoi ?

L’infection à Chlamydia Trachomatis, due à une bactérie, est extrêmement répandue, en particulier chez les moins de 25 ans.

Elle peut se développer en l’absence de tout symptôme. Elle touche les hommes comme les femmes et peut entraîner de graves complications.

C’est l’une des premières causes de stérilité en France. Son diagnostic est souvent tardif et survient parfois au-delà du délai d’incubation.

Transmission

Les chlamydiae se transmettent :

  • par pénétration vaginale ou anale, fellation et plus rarement par le cunnilingus,
  • par transmission mère-enfant lors de l’accouchement (occasionnant des conjonctivites et des pneumopathies tardives).

Cette infection est extrêmement répandue. En 2018, 133 000 infections à Chlamydia ont été diagnostiquées en France. Le taux national de diagnostics est de 202 pour 100 000 habitants de 15 ans et plus (285 pour 100 000 chez les femmes et 112 pour 100 000 chez les hommes).

Pour les infections dépistées en CeGIDD, la Guadeloupe a le taux de positivité le plus élevé de l’Outre-mer (13,8 %) et la région Nouvelle Aquitaine le taux de positivité le plus élevé de métropole (8,5 %).

Symptômes
La contamination passe inaperçue chez 60 à 70% des femmes. Les symptômes n'apparaissent ensuite que chez 6% des femmes et 11% des hommes. Cette absence de symptômes a souvent pour conséquence une découverte tardive de l’infection. Les symptômes suivants peuvent apparaître : Chez la femme :
  • des pertes,
  • des douleurs du bas ventre (pelviennes),
  • des douleurs urinaires, avec un col utérin irrité saignant au contact,
  • des infections pharyngées transitoires souvent sans symptôme.
La complication majeure chez la femme est la salpingite (inflammation d’une ou des 2 trompes utérines) dont les conséquences sont la stérilité tubaire et les grossesses extra-utérines. Les symptômes de la salpingite sont essentiellement :
  • des douleurs du bas ventre (douleurs pelviennes) qui peuvent être aiguës ou chroniques, permanentes ou intermittentes ou se limiter à une sensation désagréable ou de lourdeur localisée dans le bas ventre. Les douleurs sont généralement augmentées par les rapports sexuels,
  • une fièvre discrète,
  • des pertes vaginales sales ou malodorantes.
Chez l’homme :
  • Urétrite. Les symptômes apparaissent de 2 à 14 jours après le contact infectant : écoulement avec prurit ou douleur/inconfort urinaire parfois intermittent. L’écoulement est surtout matinal, pas très limpide (mais beaucoup moins purulent que dans une gonococcie) avec éventuellement des brûlures urinaires.
  • Infections anorectales fréquemment asymptomatiques et parfois accompagnées de prurit (démangeaisons), ténesme (fausses envies et envie constante d’aller à la selle ou d’uriner) et écoulement.
  • Infections pharyngées transitoires souvent asymptomatiques.
Dépistage
Le diagnostic de référence aujourd’hui repose sur la biologie moléculaire par PCR. La sérologie (prise de sang) est inutile en dépistage. Chez l’homme :
  • ayant une urétrite : PCR sur l’écoulement ou le 1er jet d’urine au moins 1 heure après la dernière miction
  • asymptomatique : PCR sur le 1er jet d’urine.
Chez la femme :
  • ayant une cervicite (inflammation du col) : PCR sur écouvillon par prélèvement à l’endocol (partie intérieure du col) associée au mieux aux pourtours du méat urétral (ou par auto-prélèvement vulvo-vaginal),
  • asymptomatique : PCR sur écouvillon par auto-prélèvement endo-vaginal.
Homme/Femme : PCR sur écouvillon par prélèvement à l’anus et au pharynx.
Traitement
Les chlamydiae sont traitées par des antibiotiques : Doxycycline voie orale ou Azithromycine voie orale. La personne n’est plus contaminante une semaine après la fin du traitement. Le traitement systématique des partenaires des deux derniers mois est fortement recommandé.