Dossier : tout savoir sur le TASP

Si la charge virale d’une personne vivant avec le VIH devient « indétectable », on parle de TasP (Treatment as Prevention). Avoir une CV indétectable réduit l’impact du virus sur le corps et évite de transmettre le virus.

Aux origines du TasP
En 2008, un médecin suisse, Bernard Hirschel, responsable de l’Unité VIH-Sida des hôpitaux universitaires des Genève, déclare que les personnes séropositives traitées ayant une charge virale indétectable ne peuvent plus transmettre le virus VIH, en l'absence d'autres infections sexuellement transmissibles. A l’époque, Bernard Hirschel et son équipe travaillaient uniquement sur les couples hétérosexuels ayant une charge virale indétectable depuis plus de six mois.
Le TasP aujourd’hui

Il est désormais admis que le TasP est très efficace contre la transmission du VIH si la personne séropositive suit scrupuleusement son traitement, si sa charge virale est indétectable depuis plus de six mois et si elle n’a pas d’autre infection sexuellement transmissible.

Le TasP pour tout-e-s

Des nouvelles études ont élargi la validité du traitement en tant qu’outil de prévention chez les couples d’hommes, pour des rapports anaux (L’étude Partner 2). La formule I=I (Indétectable =Intransmissible) est donc aussi valable chez les hommes homosexuels que chez les hommes hétérosexuels.

Le TasP et les IST

Le TasP et les IST 

Les traitements contre le VIH ne protègent pas des autres infections sexuellement transmissibles. Le risque d’être contaminé par une IST est donc toujours présent, et plus particulièrement avec des partenaires occasionnels et/ou en l’absence d’utilisation de préservatif. Le dépistage régulier des IST ainsi que l’utilisation du préservatif sont recommandés.

Le TasP vu par les couples sérodifférents – Que font les autres couples ?  (Analyse des appels sur le TasP reçus sur le dispositif Sida Info Service- Article publié le 21/01/2019)

 

Sources :

Sidaction : déclaration de consensus