Comment faire un test du VIH ?

Le test de dépistage est un examen biologique qui peut être prescrit par tout médecin, notamment le/la médecin traitant.

Il existe également dans tous les départements français des lieux dédiés, les CeGIDD (Centre Gratuit d’Information, de Dépistage et de Diagnostic), qui sont également habilités à effectuer le dépistage des hépatites B et C et des IST (Les CeGIDD remplacent les CDAG depuis le 1er janvier 2016).

Les Centres de Planification Maternelle et Infantile (PMI), les Centres de planification et d’éducation familiale (CPEF) et les Centres de planification ou de Planning familial peuvent également proposer un dépistage gratuit.

Quel est le rôle du médecin dans le dépistage ?

Le rôle du médecin est de voir avec le patient quels sont les risques qu’il a pris, ou pas, de l’informer des modes de transmission et de lui expliquer les moyens de prévention si nécessaire.

Hors CeGIDD, le médecin fera une ordonnance et pourra également proposer d’autres tests s’il y a des risques pour d’autres infections sexuellement transmissibles (IST).

Il est tenu par le secret médical. Quel que soit le résultat du test, il ne sera communiqué à personne d’autre.

Combien cela va-t-il me coûter ?

Le coût du dépistage comprend le prix de la consultation avec le médecin, le prix de l’acte de prélèvement et celui du test de laboratoire.

Le test lui-même est remboursé à 100 % par la Sécurité sociale. Par contre, pour la consultation et le prélèvement, le remboursement se fait en partie par l’assurance maladie, et en partie par l’assurance complémentaire (mutuelle) lorsqu’on en a une (comme pour toutes les autres consultations médicales).
Ce remboursement est pris en charge à 100 % si le test entre dans le panier de soins d’une Affection Longue Durée (ALD), et si on a la CMU complémentaire ou l’AME.

Comment ça se passe dans les CeGIDD ?

Dans les CeGIDD, l’ensemble des démarches est gratuit mais ils n’offrent pas tous la possibilité de l’anonymat.

L’anonymat ne peut être accordé que pour les tests ; les éventuels traitements, les vaccinations, la délivrance de contraception sont toujours nominatifs.

Il y a d’abord un entretien avec un médecin, avec qui on peut parler des risques pris, et poser des questions sur le VIH, les hépatites et les IST .

Si c’est le bon moment, on fait la prise de sang, et on repart avec le carton sur lequel figure le numéro.

Au bout de quelques jours (le plus souvent 1 semaine), on revient au centre, et le médecin remet le résultat.

Attention : il faut revenir soi-même, avec le numéro, sans quoi le résultat ne sera pas rendu.

Dans beaucoup de centres, il est également possible de rencontrer un-e assistant-e social-e ou un-e psychologue.