https://www.sida-info-service.org
faire un don
QUESTIONS FRÉQUENTES
AGIR APRÈS UN RISQUE

Etes-vous satisfait-e de votre médecin généraliste ?
  •  
  •  
  •  

A visiter

Appelez-nous

Service

Forum

Multimédia

Pratique

Jeunes adultes et prévention

"De manière générale, j’évite les comportements à risque"

Témoignage de Melinda (2)
23/09/2010
Version imprimable de cet article Diminuer la police Augmenter la police

Sida Info Service s’interroge sur le rapport que les jeunes adultes entretiennent avec le sida, et plus généralement avec les infections et maladies sexuellement transmissibles. Melinda, 27 ans, analyste chargée d’enquête, hétérosexuelle et célibataire, s’est soumise aux questions, pour apporter son éclairage.

SIS : Qu’est-ce que le sida représente pour toi ?

Melinda : C’est clairement une maladie mortelle.

SIS : Une maladie effrayante donc ?

Melinda : Oui ! Je sais bien qu’on peut se protéger, mais lorsque je donne mon sang, j’ai toujours un léger doute… Je me demande toujours s’ils ne vont pas m’appeler pour m’annoncer que j’ai contracté le virus. 15 jours après notre rupture, un de mes ex m’a appelé pour me dire qu’il avait fait un test. J’ai été très remuée. Et comme je ne comprenais pas sa démarche alors qu’on était restés ensemble 3 ans, j’ai décidé de faire également des analyses. En revanche, je n’ai pas peur des personnes contaminées par le sida.

SIS : Est-ce que cette prudence t’accompagne depuis toujours ? As-tu pensé à te protéger lors de ton tout premier rapport sexuel ?

Melinda : Oui. On avait tous les deux prévu des préservatifs. Je ne saurais dire qui m’avait le plus informée sur le sujet mais je me rappelle d’un cours de biologie où le prof nous avait appris l’utilisation d’un préservatif sur un pied de chaise. Mais c’était une question que mes parents avaient également soulevée et puis les médias en parlent aussi. Ce qui fait que sans être particulièrement curieuse sur le sujet, j’étais très bien renseignée. Un peu comme pour le tabac.

SIS : Informée tu l’es donc mais est-ce que cela implique que tu prends toujours tes précautions ?

Melinda : Ah ça oui ! A chaque nouveau partenaire, j’impose le préservatif. S’il ne veut pas se plier à cette règle, il sort immédiatement. Lorsque la relation s’installe dans le temps, je propose à mon compagnon de faire un test ensemble au bout d’un mois. Si les résultats sont bons, je laisse tomber le préservatif. Mais de manière générale, j’évite les comportements à risque.

SIS : Même si tu n’y as donc jamais eu recours, connais-tu traitement post-exposition ?

Melinda : Si je ne me trompe pas, il faut se rendre à l’hôpital sous 48 heures après la prise de risque pour se voir prescrire un médicament antirétroviral, mais je n’en sais pas plus.

SIS : As-tu déjà eu une IST (Infection Sexuellement Transmissible) ?

Melinda : J’ai déjà eu une maladie suspecte mais sans cause confirmée. Il pourrait s’agir d’une allergie au latex.

SIS : Est-ce le genre de sujet que tu peux évoquer avec ton entourage ? De manière plus générale, parles-tu facilement de sexualité ?

Melinda : Ca dépend avec qui. Avec les amis proches oui. Mais pas avec la famille. Pour ce qui est du corps médical, ça ne me dérange pas d’en parler avec ma gynécologue mais j’ai plus de mal à en parler à mon médecin traitant, sauf si c’est nécessaire.

Propos recueillis par Sandra Prieto pour Sida Info Service

Lire le témoignage de Sigami

 
Partager cet article envoyer l'article par mail Partager sur facebook