https://www.sida-info-service.org
faire un don
QUESTIONS FRÉQUENTES
AGIR APRÈS UN RISQUE

C’est la rentrée ! Bientôt un test VIH ?
  •  
  •  
  •  

A visiter

Appelez-nous

Service

Forum

Multimédia

Pratique

Superbactérie du sexe : que faut-il en penser ?

21/05/2013
Version imprimable de cet article Diminuer la police Augmenter la police

De quoi parle-t-on ?

Il s’agit d’une nouvelle souche de gonorrhée qui est résistante aux antibiotiques.

Découverte en 2011 au Japon, la bactérie H041 aurait refait surface à Hawaï, puis en Californie et en Norvège.

Depuis que les antibiotiques sont devenus le traitement de base pour la gonorrhée dans les années 1940, cette bactérie a montré une capacité remarquable à développer des mécanismes de résistance à tous les médicaments. L’augmentation de la résistance du gonocoque à certains antibiotiques était déjà alarmante. On connaissait l’inefficacité contre cette bactérie de la pénicilline et de la tétracycline et, depuis 2008, celle d’autres antibiotiques de la classe des fluoroquinolonones (ciprofloxacine et ofloxacine). La nouvelle souche est résistante aux céphalosporines de troisième génération et à l’azithromycine, derniers antibiotiques encore efficaces contre les infections à Neisseria gonorrhoeae.

L’étendue de la souche H041 dans le monde est encore mal connue mais probablement très faible. À ce jour, aucun cas mortel n’a été rapporté et tous les cas diagnostiqués ont été traités par des antibiotiques qui ont finalement guéri ces infections.

Pour rappel

- La bactérie Neisseria gonorrhoeae est responsable de la gonorrhée, ou blennorragie, une des infections sexuellement transmissibles les plus répandues dans le monde. Si elle n’est pas traitée, l’infection peut provoquer de graves complications et conduire à une infertilité. Elle augmente également le risque de transmission du VIH.

- La résistance aux antibiotiques est un problème majeur de santé publique. Depuis le début de l’utilisation des antibiotiques, de nombreuses bactéries responsables de différentes infections ont développé une résistance, réduisant le champ d’action de ces traitements. Selon l’Agence Européenne du Médicament (AME) environ 25 000 décès par an en Europe seraient dus à des infections liées à des bactéries multi-résistantes n’ayant pu être traitées faute d’antibiotiques efficaces.

En conclusion

Il s’agit d’un gonocoque multi-résistant dont la sensibilité aux traitements de référence est réduite voire nulle. Très peu de cas ont été signalés depuis sa découverte (le 1er cas en 2011 au Japon, femme de 31 ans travailleuse du sexe), il n y a pas eu de cas mortel.

Rappelons enfin quelques principes de base : protégez vos rapports sexuels grâce au préservatif masculin ou féminin, faites-vous dépister en cas de prise de risque et consultez en cas de besoin.

Docteur Radia Djebbar,

coordinatrice scientifique à Sida Info Service/SIS Association

 
Partager cet article envoyer l'article par mail Partager sur facebook