https://www.sida-info-service.org
faire un don
QUESTIONS FRÉQUENTES
AGIR APRÈS UN RISQUE

C’est la rentrée ! Bientôt un test VIH ?
  •  
  •  
  •  

A visiter

Appelez-nous

Service

Forum

Multimédia

Pratique

Synthèse sur la santé sexuelle des jeunes et e-prévention – 2013 – Observatoire SIS Association

9/07/2014
Version imprimable de cet article Diminuer la police Augmenter la police

Près de 9000 appels téléphoniques sur Sida Info Service (0 800 840 800, mails et LiveChats), Hépatites Info Service et Ligne Azur de jeunes âgés de 15 à 19 ans ont été reçus en 2013 par SIS Association. Le LiveChat est particulièrement investi par les jeunes de moins de 20 ans. Assez logiquement, la principale pathologie abordée dans toutes ces sollicitations est le VIH/sida.

***

Quelques points forts de la synthèse :

Méconnaissance des risques de transmission du VIH

- La majorité des jeunes de moins de 20 ans ne connaissent pas leur statut sérologique (contaminé-e ou non contaminé-e par le VIH), et plus particulièrement les garçons (65, 1 % contre 59, 3 % des filles).

Très faible recours au préservatif

- Les jeunes de 15-19 ans se protègent moins que les autres utilisateurs des dispositifs de SIS Association. Parmi ceux ayant pris un risque de pénétration, six sur dix déclarent ne pas avoir utilisé de préservatif.

Jeunes femmes hétérosexuelles plus exposées

- Les filles apparaissent plus souvent exposées aux risques de transmission par pénétration mal ou non protégée (63, 4 % des prises de risques sexuels décrites contre 47, 5 % chez les garçons).

Pratiques à risques chez les jeunes homosexuels

- Les pénétrations anales représentent un tiers des prises de risques entre personne de même sexe et sept sur dix d’entre elles se sont déroulées sans protection (70, 3 %).

Faible connaissance du traitement post-exposition

- La majorité des risques évoqués datent de plus de 48 heures et ne peuvent plus être suivis de la prise d’un traitement post-exposition. Le TPE mériterait d’être mieux connu, notamment par les jeunes gays.

Vulnérabilité à l’entrée dans la vie sexuelle

- Une fille sur huit formule des interrogations portant sur la santé sexuelle. La majorité des demandes concernent la contraception et les risques de grossesse (pilule, pilule du lendemain, déroulement d’une IVG, choix d’une contraception, etc.).

Conclusion

- La prévention du VIH/sida et des IST et l’éducation à la santé sexuelle et reproductive doivent être traitées de pair.

- Selon les données 2013 de cette étude, les jeunes semblent moins utiliser le préservatif que les autres usagers.

- Les jeunes filles et les jeunes homosexuels apparaissent plus exposés au VIH et aux autres IST que d’autres catégories de populations.

- Les jeunes maitrisent moins bien les mécanismes de transmission et de protection du VIH/sida que leurs aînés.

Lire l’intégralité de la synthèse (en pdf)

PDF - 727.7 ko
Santé sexuelle des jeunes et e-prévention_2013
 
Partager cet article envoyer l'article par mail Partager sur facebook