https://www.sida-info-service.org
faire un don
QUESTIONS FRÉQUENTES
AGIR APRÈS UN RISQUE

C’est la rentrée ! Bientôt un test VIH ?
  •  
  •  
  •  

A visiter

Appelez-nous

Service

Forum

Multimédia

Pratique

La relation d’aide à distance, un atout pour lutter contre le VIH

17/03/2015
Version imprimable de cet article Diminuer la police Augmenter la police

En lien avec la journée internationale pour les droits des femmes, un colloque sur la thématique « Genre et VIH au Maghreb » a été organisé le 5 mars 2015 à Tunis par SISRéseau et deux associations partenaires : l’Association Tunisienne de Lutte contre les MST et le SIDA (ATL) en Tunisie et l’Association de Lutte Contre le Sida (ALCS) au Maroc. La relation d’aide à distance (RAD) à l’écoute des populations clés a été au cœur des débats. La Mairie de Paris, Expertise France et l’Institut français de Tunis ont soutenu cette initiative.

Tou-te-s les protagonistes de ce colloque ont souligné l’importance de la relation d’aide à distance dans le champ du VIH/sida et la santé sexuelle et reproductive (SSR). Chacun-e s’est évertué-e à rappeler qu’aucun programme de santé s’adressant aux populations ne peut aujourd’hui négliger l’utilisation du téléphone portable et d’Internet. Non seulement parce que « le portable est un outil de la vie quotidienne des personnes », comme l’ont souligné le président de l’ATL, le professeur Ridha Kamoun et Bruno Rémiat, attaché pour la science et la technologie à l’ambassade de France, mais surtout parce que cet objet est avant tout « un objet personnel qui permet une individualisation de la relation par téléphone grâce aux principes fondamentaux que sont la gratuité du service, la confidentialité et l’anonymat » (Patrice Gaudineau, directeur général de SISRéseau).

Quoi de plus approprié quand une personne a besoin d’information sur la prévention, d’orientation dans un domaine si intime que la santé et particulièrement lorsqu’il s’agit du VIH/sida ? Gaëlle Sitbon, coordinatrice de Sida Info Service en France et Sonia Torkhani, coordinatrice de InfoSida en Tunisie, l’ont parfaitement illustré par des témoignages d’appelant-e-s et d’internautes. Notons que les internautes marocain-e-s et tunisien-ne-s sont les plus nombreux-ses parmi tous les pays étrangers à solliciter les services en ligne de Sida info Service.

Cette journée a permis de faire connaître la qualité de l’offre de services apportée non seulement par l’ATL en Tunisie mais aussi SIS-Réseau en France et l’ALCS au Maroc.

Ce colloque a permis aussi de rappeler l’importance d’intégrer les problématiques de genre dans les programmes de prévention et de prise en charge du VIH au Maghreb comme sur l’ensemble du continent africain. Anne Susset, coordinatrice de la plateforme ELSA (Ensemble Luttons Contre le Sida), a brillamment introduit la notion de genre et évoqué les disparités entre les femmes et les hommes dans les programmes liés au VIH. On a ainsi appris que les jeunes femmes de 15 à 24 ans représentent 22 % des nouvelles infections dans le monde chaque année avec des taux d’infection deux fois supérieurs à ceux observés chez les jeunes hommes de leur âge.

La relation d’aide à distance joue donc un rôle essentiel dans l’orientation des personnes vulnérables vers les réseaux de santé et de prise en charge globale. Le directeur de l’ATL, Bilel Mahjoubi, a parlé de l’expérience menée par son association avec l’accueil des personnes usagères de drogues injectables (UDI) dans les centres à bas seuil (un produit de substitution n’est délivré que lorsqu’une personne en fait la demande et simplement si elle en fait la demande) mis en place depuis août 2014. Mohcin Harri, coordinateur du centre de santé « Al borj » à Marrakech, a évoqué l’expérience de l’ALCS sur la prise en charge des hommes ayant des rapports sexuels avec d’autres hommes (HSH).

Les intervenant-e-s ont souligné la nécessité de continuer à :

• impliquer les populations cibles dans l’élaboration des programmes VIH ;

• prendre en compte tous les besoins spécifiques des hommes et des femmes ;

• lutter contre les stéréotypes de genre.

SIS-Réseau continuera de soutenir ses partenaires marocains et tunisiens pour favoriser l’accès des populations, et particulièrement les jeunes, aux technologies de l’information et de communication, offrant un service à distance, confidentiel, anonyme et de qualité pour entendre et répondre à leurs problématiques de santé.

De même, il est important de continuer à renforcer ou mettre en place des structures d’accueils pour la prise en charge et le suivi des populations clés (HSH, UDI, travailleurs/travailleuses du sexe, migrants...).

Alim El Gaddari

SIS-International pour Sida Info Service

Partenaires financiers du colloque : Mairie de Paris et Expertise France via le programme Initiative 5 %

 
Partager cet article envoyer l'article par mail Partager sur facebook