Angleterre : le VIH au plus bas depuis 20 ans

 

Ceci est une traduction de l’article HIV diagnoses in England fall to lowest level since 2000 paru sur le Guardian le 03 septembre 2019

Les diagnostics de VIH en Angleterre sont tombés à leur plus bas niveau en près de deux décennies.
Cependant, Public Health England (PHE)  a déclaré que les problèmes liés au virus demeurent, avec des chiffres montrant que près de la moitié des personnes nouvellement diagnostiquées l’année dernière étaient à un stade avancé de l’infection, augmentant ainsi leur risque de décès.

Chute significative des diagnostics

Les diagnostics ont chuté d’un peu plus d’un quart (28%), passant de 6 271 en 2015 à 4 484 en 2018, a déclaré PHE, ajoutant que le recul continu du virus était dû au succès des mesures préventives.
Ceux-ci comprennent le dépistage du VIH, la fourniture de préservatifs, le recours accru à la prophylaxie pré-exposition (PrEP) – prise avant les rapports sexuels par les personnes séronégatives à haut risque de contracter le virus – et les médicaments qui maintiennent au plus bas la charge virale du VIH dans le corps, afin de prévenir la transmission du virus, aussi appelé TasP (Treatment as Prevention.) Les chiffres les plus marqués concernent les hommes homosexuels et bisexuels, en particulier, les Blancs nés au Royaume-Uni, âgés de 15 à 24 ans et résidant à Londres.

Au cours de la même période, entre 2015 et 2018, les diagnostics ont diminué de 24% chez les personnes séropositives au VIH par contact hétérosexuel. L’année dernière, 43% des personnes ont été diagnostiquées à un stade tardif de l’infection. Les diagnostics tardifs augmentent jusqu’à dix fois le risque de décès en un an, par rapport aux personnes diagnostiquées rapidement, a déclaré PHE.

Objectif 0 transmission d’ici 2030

La ministre de la Santé publique, Jo Churchill, s’est félicitée de la baisse globale du nombre de diagnostics, mais a promis de ne pas faire preuve de complaisance alors que le gouvernement s’emploie à atteindre l’objectif de ne pas avoir de nouvelle transmission du VIH d’ici 2030 :

« Je suis ravie de voir les nouveaux chiffres publiés aujourd’hui qui montrent que nous sommes sur la bonne voie pour atteindre notre objectif de zéro transmission du VIH en Angleterre d’ici 2030, avec des diagnostics de VIH à leur plus bas niveau depuis 2000. Cette baisse du nombre de diagnostics est le résultat de notre engagement indéfectible en matière de prévention, qui a permis à davantage de personnes de se faire dépister et qui a permis aux personnes séropositives de bénéficier d’un traitement efficace, empêchant ainsi la propagation du virus. Cependant, je ne suis pas complaisante et reste déterminée à atteindre notre objectif de zéro transmission du VIH d’ici 2030. »

Le Terrence Higgins Trust a appelé à un accès plus large à l’essai triennal sur la PrEP, qui a recruté plus de 13 000 participants d’ici à juin de cette année et devrait prendre fin l’année prochaine.
Ian Green, directeur général de la fondation, a déclaré : « À la lumière des données actuelles de Public Health England, nous exhortons le NHS England, le ministère de la Santé et les conseils locaux à commencer immédiatement à planifier l’installation de la PrEP dans les services de santé sexuelle de routine. »

« La sensibilisation à la PrEP en dehors de la communauté gay contribuera également beaucoup à nous aider à atteindre le niveau de transmission zéro d’ici 2030. »

Le médicament est presque 100% efficace pour prévenir le VIH lorsqu’il est pris tel que prescrit. Il s’agit d’une pilule contenant une combinaison de deux médicaments anti-VIH, l’emtricitabine et le ténofovir, à prendre quotidiennement ou à peu près au moment de l’activité sexuelle.